LYON

Cercle De Silence

Le tract du mois du Cercle de LYON

Les Cercles Lyonnais se multiplient !

Nos amis du Cercle de Silence de VILLEFRANCHE  et ROANNE et RILLIEUX nous informent de leurs activités.

Allez visiter leurs pages.
Q

Vous rendre au cercle de VILLEFRANCHE


IMMIGRATION !

Ensemble, prenons conscience de ses causes profondes. Combattons-les !

 

    • nous savons que le désir ou l’obligation de migrer vers d’autres terres est un constitutif de l’humanité qui a construit notre Histoire. Il en résulte un devoir d’accueillir les personnes ayant mis leur espoir dans le risque de la migration en respectant la dignité de l’homme, les droits humains de base ;
    • nous savons que les causes des migrations sont multiples, mais nous reconnaissons qu’actuellement le respect d’une économie équitable serait une des premières réponses à  apporter.  En effet, un commerce mondial juste éviterait la nécessité, pour certains, de quitter leur pays (terre de leurs pères) contre leur gré, pour des raisons économiques.

Ces questions migratoires, bien ciblées, entrent dans la réalité lyonnaise. Elles peuvent nous inciter à  réfléchir et à  agir avec d’autres.


Au nom du respect de tout homme, nous demandons :

  •   des conditions de vie qui permettent un bon dialogue donnant à comprendre les raisons de migrer hors de la terre de ses ancêtres ;
  •   la   recherche   d’une   politique i n t e l l i g e n t e  d e  r é g u l a r i s a t i o n  d e s étrangers qui sont sur le territoire, c’est-à- dire une politique qui ne soit pas fondée sur la culture de la peur de l’autre, de l’étranger (devenu bouc émissaire), pour des raisons électoralistes à court terme.

Et nous manifestons pour qu’il n’y ait :

  •   pas  de  contrôle  d’identité  au faciès ;
  •   pas  d’arrestation,  ni  tôt  le  matin, ni… plus tard ;
  •   pas d’expulsion détruisant les liens familiaux ;
  •   pas de rétention systématique dans des lieux d’enfermement ;
  •   pas de prolongement de la durée de séjour dans des centres de rétention administratifs.

Atelier Justice Paix-Intégrité de la création de la Famille Franciscaine ; Antenne lyonnaise de la Fédération  Protestante  de  France  ;  Cimade  ;  Mouvement  pour  une Alternative  Non-violente (MAN) ; Pax Christi ; Comité protestant de la Duchère ; Coordination Urgence Migrants ; Fédération de L’Entraide Protestante ; A.C.O. (Action Catholique Ouvrière) du Rhône et du Roannais ; Equipe Mission de France « Lyon-Nord-Est » ; Petites Soeurs de l’Assomption ; Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Lyon) ; Centre Culturel Œcuménique Jean-Pierre Lachaize (CCO) ; Vie Nouvelle-Lyon ; Union Juive Française pour la Paix (UJFP) ; section PS 1er  et 4ème Arrond. de Lyon ; Sœurs de la Compagnie Marie Notre-Dame ; Secours catholique, délégation du Rhône ; Yves Bernin, prêtre à Lyon ; Roger-Michel Bory, Fédération Protestante de France ; Michel Durand, prêtre, Prado de Lyon ; Gilles Vadon curé de la Paroisse de Vénissieux/Saint-Fons ; Jacques Walter, pasteur ; paroisse de La Sainte-Famille ; Jean Lacombe, prêtre ; JRS Welcome-Lyon ; avec le soutien de Réseau éducation sans frontière (RESF), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien des Enfants des Squats (CLASSES) ; P.& B. Matray…

Tous par notre présence, nous espérons dire l’essentiel :

pas de « tout sécuritaire » au prix de l’humanité et de la dignité

Nous en appelons à la conscience de tous et vous invitons à rejoindre le cercle de silence.

Loi immigration :

Un pouvoir de nuisance intact

 

 

À l’issue d’un épisode inédit qui a vu l’exécutif se défausser sur le Conseil constitutionnel pour éliminer des dispositions nauséabondes qu’il avait lui- même complaisamment validées, reste une loi qui s’en prend violemment aux droits des personnes étrangères.

Non seulement le tri opéré par le Conseil constitutionnel laisse subsister près des deux tiers d’une loi marquée du sceau de la suspicion envers un étranger présumé délinquant ou hostile aux principes de la République, mais celles qui ont été écartées ne l’ont été qu’au motif de leur absence de lien direct ou indirect avec l’objet de la loi. Autant dire que cette censure, aussi large soit-elle, ne dit rien de leur contrariété avec les principes constitutionnels. Elle ne peut donc rassurer personne.

Le Conseil constitutionnel est satisfait : il a fait son travail. L’exécutif est satisfait : il a sa loi.

Les commentateurs de tous bords sont satisfaits : les uns pensent tenir là l’occasion de crier haro sur la Constitution, les autres de crier victoire après « une large censure » de la loi.

Qui pour évaluer et dénoncer les conséquences à venir, pour les personnes étrangères, des 27 articles du projet de loi initial, quasiment tous épargnés par la censure, auxquels s’ajoute un nombre équivalent de dispositions issues des surenchères xénophobes de la droite sénatoriale et qui restent dans la loi ?

Un droit au séjour désintégré par des dispositions qui en limitent drastiquement l’accès, le mettent en sursis permanent ou en dégradent les conditions d’exercice.

Des familles qui voleront en éclats sous les coups de boutoir d’une omni-présente

« menace pour l’ordre public » valant blanc seing pour les préfets ou du simple fait de la perte du droit au séjour de l’un de leurs membres.

Des obligations de quitter le territoire ouvrant la voie à la traque policière pendant trois ans et un arsenal répressif toujours plus fourni avec une « double peine » d’interdiction du territoire banalisée.

Un parcours toujours plus restrictif et expéditif pour les demandeurs d’asile, privés de leurs droits au moindre accident et, pour nombre d’entre eux, assignés à résidence ou placés en rétention avant même d’avoir pu déposer leur dossier.

Qui se souvient que le gouvernement prétendait « intégrer par le travail » en donnant un titre de séjour d’un an aux sans-papiers travaillant dans les métiers en tension ? Inutile de souligner qu’il ne reste rien de ce dispositif : là encore c’est l’arbitraire des préfets qui fera loi.

Une fois passée la colère, il restera à forger les outils destinés, dans les tribunaux et ailleurs, à enrayer le fol engrenage qui prend les personnes étrangères pour cibles.

GISTI – 26 janvier 2024

Le cercle de Lyon se retrouve place de la Comédie, devant l’opéra de Lyon, tous les premiers mercredis du mois.

Les prochains rendez-vous du cercle à LYON

 Rendez-vous : Place de la Comédie – côté est,

18 h 30  à 19 h 30 :           

14 février, 13 mars, 10 avril 2024

Merci de rester informé-e sur la démarche des cercles de Silence et de  transmettre, largement, ces informations autour de vous.

Q

Le lieu de réunion du cercle de silence à Lyon

Notre site web :  http://www.cercledesilence.fr/

Si vous souhaitez, vous pouvez

  • Relayer  largement autour de vous cet « Appel à  la conscience de tous « , merci de communiquer vos coordonnées (adresses, tél. et courriel)
  • Télécharger le dernier tract ou l’un des tracts précédents (les archives sont accessibles ci-dessous)
Tracts de 2024
Tracts 2023

 

Tracts 2022
Tracts 2021